ALGERIECELL Share

Le N°1 depuis 4 ans en Algerie: Stabilite et rapidite incroyable : Il faut voir pour croire

Le payement via PAYPAL est opérationnel sur ce lien :http://www.algeriecell-share.com/pay/crbst_3.html
Pour être un revendeur agrée ALGERIECELL Share vous devez remplir un certain nombre de conditions qui sont:   1- Avoir un magasin spécialisé dans l'électronique ou l'informatique .  2- Avoir une acces internet .  3- Avoir des connaissances minimum dans le domaine du flashage des démodulateurs. 4- Avoir des connaissances de l'installation de CCcam - MGCamd .  5-Avoir un compte EPAY.dz .  Avantage étant un représentant ALGERIECELL Share .  1- Vous bénéficier d'une publicité sur notre site internet qui est très visité.  2- Vous bénéficier d'une publicité sur DZAIR SHOP TV.  3- Vous bénéficier des meilleurs tarifs .  4- Vous benificier une boite e-mail : xxxxxx@algeriecell-share.com. 4- Activations des abonnements en ligne instantané avec des codes . 5- Vous aurai l'exclusivité de représentant les Serveurs ALGERIECELL Share dans votre wilaya. Si vous voulez être un revendeur Agrée ALGERIECELL Share,Veuillez nous contactez sur: Contactez-Nous

Derniers sujets

» carte bis tv disponible en algerie
Mar 31 Jan - 12:44 par tlemceni15

» abon bis tv
Dim 29 Jan - 19:20 par tlemceni15

» Abonnement
Dim 27 Sep - 15:00 par laichifethi

» Abderahmane qui vous salues
Mer 15 Juil - 18:30 par animus

» Salutations d'un nouveau parmi vous
Mer 15 Juil - 18:28 par animus

» LES BOUQUETS DE ALGERIECELL SERVER
Mar 9 Juin - 14:11 par Admin

» mes salutations a tous
Sam 26 Juil - 7:48 par 2in1

» trouve le numero de carte monitique
Jeu 20 Mar - 14:05 par riahi

» présentation
Jeu 26 Déc - 20:57 par baboune

Mots-clés


    MONDE / Dernières :Violences à Bagdad sous couvre-feu

    Partagez

    Invité
    Invité

    MONDE / Dernières :Violences à Bagdad sous couvre-feu

    Message par Invité le Jeu 10 Avr - 0:21

    Violences à Bagdad sous couvre-feu, cinq ans après sa chute


    Par Ahmed Rachid et Wissam Mohamed
    BAGDAD (Reuters) - Vingt personnes ont été tuées ces dernières heures dans le bidonville de Sadr City à Bagdad en dépit du couvre-feu partiel imposé par le gouvernement dans l'espoir d'éviter une effusion de sang à l'occasion du cinquième anniversaire de la chute de la capitale.
    Depuis dimanche, ce sont jusqu'à 70 personnes qui ont péri dans la vaste zone urbaine de l'est de la capitale, bastion de l'armée du Mahdi de l'imam radical Moktada Sadr.
    Kassim al Moudalla, directeur de l'hôpital Imam Ali de Sadr City, où les miliciens sadristes affrontent depuis dimanche les forces américano-irakiennes, déclare avoir admis un total de 11 corps, dont ceux de quatre enfants et deux femmes, et plus d'une cinquantaine de blessés.
    "Qu'est-ce qu'ils font ? Le sol de l'hôpital est couvert du sang des enfants. Que fait le monde? Ils voient le sang de nos enfants et ils ne font rien", s'est indigné Moudalla.
    La commission des droits de l'homme du parlement irakien a dénoncé dans un communiqué la "situation tragique" à Sadr City, où le blocus par les forces américano-irakiennes a entraîné une pénurie de vivres et de médicaments.
    Sadr avait appelé à une manifestation monstre mercredi pour dénoncer la poursuite de l'occupation américaine mais il l'a annulée à la dernière minute en disant craindre que des Irakiens fassent couler à cette occasion le sang de ses partisans.
    Le calme prévalait dans les autres quartiers de la capitale, où la circulation automobile était interdite toute la journée et les boutiques sont restées fermées.
    LOURD BILAN POUR CES CINQ ANNÉES
    "Le 9 avril entrera dans l'Histoire comme le jour où la plus arrogante dictature que la Mésopotamie ait jamais connue a été renversée, celui de la chute d'un régime politique qui a laissé derrière lui des fosses communes contenant des centaines de milliers d'innocents", s'est félicité le président irakien Djalal Talabani dans une allocution télévisée.
    "Cela m'a pris cinq ans pour me rendre compte que toutes ces promesses sur l'inauguration d'une nouvelle ère démocratique après la chute de Saddam Hussein n'étaient qu'un poisson d'avril", déclare une infirmière, Amina Abdoul Madjid.
    Celle-ci, qui rentre chez elle à pied après une garde de nuit, confie ses sentiments en passant devant la place déserte du centre de Bagdad où l'armée américaine avait symboliquement abattu le 9 avril 2003 une statue de l'ancien président irakien.
    Des dizaines de milliers d'Irakiens ont été tués depuis cinq ans, deux millions se sont exilés et au moins autant ont été déplacés par la guerre, qui a coûté aussi la vie à plus de 4.000 militaires américains, dont 13 tombés ces trois derniers jours.
    Le commandant des forces américaines en Irak, le général David Petraeus, a reconnu mardi devant le Congrès de Washington que la situation restait précaire et que les succès obtenus grâce à l'envoi de renforts l'an dernier étaient "fragiles et réversibles".
    Le président américain George Bush, qui s'exprimera sur l'Irak jeudi à la Maison blanche, a téléphoné mercredi au Premier ministre Nouri al Maliki.
    "Durant les cinq dernières années, nous n'avons vu que sang, bombes, couvre-feux et affrontements internes. Le gouvernement est totalement incapable d'apporter la sécurité", affirme Salim Hussein, un officier irakien en retraite.
    Mais pour Ammar Karim, un enfant de dix ans qui joue au football avec ses camarades dans une artère de Bagdad normalement grouillante d'activités et aujourd'hui déserte, ces couvre-feux fréquents sont une aubaine.
    "J'aime bien ce gouvernement à cause des couvre-feux. C'est le seul moment où nous pouvons sortir et jouer au foot. Autrement ma famille m'enferme à la maison."

    Version française Marc Delteil



    Invité
    Invité

    Re: MONDE / Dernières :Violences à Bagdad sous couvre-feu

    Message par Invité le Jeu 10 Avr - 0:22

    WA IRAKAH.........................................................


    Crying or Very sad

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 12:40