ALGERIECELL Share

Le N°1 depuis 4 ans en Algerie: Stabilite et rapidite incroyable : Il faut voir pour croire

Le payement via PAYPAL est opérationnel sur ce lien :http://www.algeriecell-share.com/pay/crbst_3.html
Pour être un revendeur agrée ALGERIECELL Share vous devez remplir un certain nombre de conditions qui sont:   1- Avoir un magasin spécialisé dans l'électronique ou l'informatique .  2- Avoir une acces internet .  3- Avoir des connaissances minimum dans le domaine du flashage des démodulateurs. 4- Avoir des connaissances de l'installation de CCcam - MGCamd .  5-Avoir un compte EPAY.dz .  Avantage étant un représentant ALGERIECELL Share .  1- Vous bénéficier d'une publicité sur notre site internet qui est très visité.  2- Vous bénéficier d'une publicité sur DZAIR SHOP TV.  3- Vous bénéficier des meilleurs tarifs .  4- Vous benificier une boite e-mail : xxxxxx@algeriecell-share.com. 4- Activations des abonnements en ligne instantané avec des codes . 5- Vous aurai l'exclusivité de représentant les Serveurs ALGERIECELL Share dans votre wilaya. Si vous voulez être un revendeur Agrée ALGERIECELL Share,Veuillez nous contactez sur: Contactez-Nous

Derniers sujets

» carte bis tv disponible en algerie
Mar 31 Jan - 12:44 par tlemceni15

» abon bis tv
Dim 29 Jan - 19:20 par tlemceni15

» Abonnement
Dim 27 Sep - 15:00 par laichifethi

» Abderahmane qui vous salues
Mer 15 Juil - 18:30 par animus

» Salutations d'un nouveau parmi vous
Mer 15 Juil - 18:28 par animus

» LES BOUQUETS DE ALGERIECELL SERVER
Mar 9 Juin - 14:11 par Admin

» mes salutations a tous
Sam 26 Juil - 7:48 par 2in1

» trouve le numero de carte monitique
Jeu 20 Mar - 14:05 par riahi

» présentation
Jeu 26 Déc - 20:57 par baboune

Mots-clés


    AFRIQUE • Les émeutes contre la vie chère se multiplient

    Partagez

    Invité
    Invité

    AFRIQUE • Les émeutes contre la vie chère se multiplient

    Message par Invité le Jeu 10 Avr - 1:04

    AFRIQUE • Les émeutes contre la vie chère se multiplient
    La colère monte dans de nombreux pays d'Afrique particulièrement touchés par l'augmentation mondiale du prix des denrées de première nécessité. La stabilité et la croissance économique du continent s'en trouvent menacées.

    "Le continent africain est traversé par une bourrasque. L'accélération prévisible et attendue de la hausse des prix a entraîné de violents mouvements sociaux, qui ont même tourné à l'émeute", rapporte le quotidien d'Abidjan Fraternité Matin. "La Côte-d'ivoire n'a pas été épargnée par la tempête, elle a vécu quarante-huit heures de folie avec à la clé deux morts qu'on aurait pu éviter." De même au Cameroun, en février dernier, 40 personnes ont été tuées par les forces de l'ordre et, selon le quotidien Cameroon Tribune, "729 personnes ont été à ce jour condamnées à des amendes ou à des peines de prison allant de trois mois à six ans". Au Sénégal, "les premières émeutes de la faim du 31 mars ont été violemment réprimées ; on compte des dizaines d'arrestations dans le camp des marcheurs", note le quotidien de Dakar Wal Fadjri.

    "Vie chère rime avec galère, mais surtout misère pour les couches sociales les plus fragilisées", souligne l'hebdomadaire burkinabé San Finna, qui décrit les marchés des quartiers populaires presque vides, "de plus en plus de personnes qui passent la journée sans manger, des enfants le ventre gonflé, chassés de l'école parce que les parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité". Quant au riz ordinaire, "la qualité d'origine asiatique, de loin la plus consommée au Burkina Faso, est en voie de disparition sur le marché national à cause de la flambée des prix", précise le quotidienLe Pays. Incapable d'importer les denrées alimentaires de première nécessité, les autorités burkinabés vont maintenant faire face à la colère de la population ; un préavis de grève générale a été déposé dans tout le pays pour les 8 et 9 avril.

    Fraternité Matin déplore l'impuissance des Etats africains devant la menace inflationniste, "qui reste suspendue sur les têtes comme une épée de Damoclès." Le chef de l'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, qui a pris quelques mesures d'urgence pour calmer les esprits, a raison d'affirmer que "si la fièvre a baissé, la maladie n'est pas guérie".

    Les ministres de l'Economie et des Finances des pays africains, réunis à Addis-Abeba les 28, 29 et 30 mars, n'ont pu que constater que "l'augmentation des prix mondiaux des produits alimentaires présente une menace significative pour la croissance, la paix et la sécurité en Afrique". Parmi les solutions proposées pour sortir de la crise, outre des allégements fiscaux et des droits de douane revus à la baisse, l'accent a été mis sur la capacité de l'Afrique à se nourrir elle-même.


    Courrier international,actualités : Afrique

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 12:41